L’interdiction sur les « Lieux de culte » proposée par Outremont empeste la discrimination

Read this post in English "Outremont’s Proposed Ban on “Places of Worship” Reeks with Discrimination"

Les 4 seules synagogues d’Outremont.- Elles accueillent environ 400 places au total

Les 4 seules synagogues d’Outremont.- Elles accueillent environ 400 places au total

De nombreux résidents, Juifs comme non-Juifs, ont l’impression que l’interdiction contre les lieux de culte actuellement mise en place par le quartier Outremont sent la discrimination et l’intolérance, purement et simplement. Ils la voient comme un règlement restrictif de plus, édicté par le quartier d’Outremont au cours de la dernière décennie, pour tenter de contraindre et de limiter les résidents Juifs hassidiques d’Outremont.

La « zone » laissée ouverte est ridicule et insultante

Bien que le quartier soutient qu’il interdit « seulement » les nouveaux lieux de culte sur Bernard et Laurier, il les interdit en réalité dans l’ensemble du quartier Outremont. En l’état actuel, les seules endroits permis pour créer de nouveaux lieux de culte ÉTAIENT sur Bernard et Laurier, et maintenant le quartier veut même révoquer cela.

Affirmer que ce n’est pas une interdiction « totale » pour tous les lieux de culte, parce que la proposition inclue une « zone désignée » où les lieux de culte seront permis, est grotesque et insultant. Cette zone, de la taille d’un îlot urbain de quartier, avec 3 immeubles commerciaux actifs qui occupent son espace, peut tout juste être considérée « une zone » désignée pour des lieux de culte.

Une vue aérienne de la zone C-6 proposée, où les lieux de culte seront permis (marquée en vert) crédit Bing Cartes

Une vue aérienne de la zone C-6 proposée, où les lieux de culte seront permis (marquée en vert) crédit Bing Cartes

Les lieux de culte ne se « multipliaient » pas comme certains médias l’ont sous-entendus. Il n’y a pas non plus de vérité dans l’accusation sournoise de ce prospectus qu’il y aurait déjà 5 lieux de culte juifs sur Bernard.

Prospectus distribué aux portes dans Outremont prétendant qu’il y a 5 (!!) synagogues juives à Outremont, sur Bernard seulement

Prospectus distribué aux portes dans Outremont prétendant qu’il y a 5 (!!) synagogues juives à Outremont, sur Bernard seulement

En fait, sur l’ensemble du territoire d’Outremont, il y a seulement un total de 4 synagogues. Le plus récent lieu de culte à Outremont a été ouvert il y a plus de 17 ans. Depuis ce temps, plus aucun nouveau lieu de culte n’a été établi à Outremont. Pas chrétien, pas juif et pas musulman.

Alors la question est pourquoi maintenant?

L’un des prétextes que le quartier utilise pour répondre à la question « pourquoi maintenant », est que « plusieurs autres quartiers mettent en place actuellement des restrictions similaires à la suite du rapport du Conseil Interculturel de Montréal (CIM) de 2009 sur les lieux de culte ».

Il est toutefois intéressant de noter que l’interdiction d’Outremont a commencé il y a des années. Jusqu’à 1999, l‘avenue Van Horne était zonée pour permettre les lieux de culte. Le quartier a décrété sa première interdiction après que la synagogue « Amour pour Israël » ait acheté un immeuble abandonné sur Van Horne, au coin de Durocher, et ait obtenu leur permis. La réponse du quartier? Ils ont décrété une interdiction pour les lieux de culte sur TOUTE l’avenue Van Horne.

Malheureusement, cet exemple se répète aujourd’hui. Maintenant que Mifal Hashas a reçu leur permis pour un lieu de culte dans une façade de magasin abandonné sur Bernard, au coin de Champagneur, voilà, subitement le quartier décide qu’il est temps d’interdire les lieux de culte sur rue Bernard.

Est-ce que l’interdiction va revitaliser les affaires sur Bernard?

La seule raison logique que le quartier peut trouver pour expliquer pourquoi ils sont si pressés d’interdire les lieux de culte sur Bernard est que les affaires locales sont à l’agonie et que permettre des lieux de culte n’« aidera » pas le commerce. Bien que, de prime abord, cet argument peut sembler raisonnable, il ne tient pas la route pour les raisons suivantes :

  • Le quartier n’a pas pris la peine d’effectuer une étude ni de consulter aucune opinion professionnelle pour savoir si ou comment les lieux de culte pourraient nuire au commerce.
  • Le quartier n’a pas discuté avec les marchands au sujet de leurs inquiétudes ni avec les résidents à propos de leurs besoins.
  • Les faits sur le terrain au Mile End prouvent qu’Outremont a tort. Malgré les synagogues sur Parc, entre Bernard et Van Horne, le commerce est animé, avec de nouveaux magasins et cafés ouvrant dans des façades de magasins depuis longtemps abandonnés.
  • La dernière et non la moindre, dans une déclaration de 2006 concernant la synagogue Amour pour Israël, Outremont a déclaré que « [...] la disparition d’un immeuble abandonné contribuera à la revitalisation de l’avenue Van Horne. »

Seulement des prétextes

Il nous est évident que cette interdiction ne concerne pas la revitalisation de la rue Bernard, ni l’application de recommandations du CIM. Tel que nous l’avons vu dans le passé, il s’agit d’un groupe, petit mais virulent, qui a profité de l’occasion pour instiller, une fois de plus, la peur et la haine envers la communauté juive hassidique d’Outremont. S’emparant avec opportunité du prétexte de M. Rosenberg obtenant un permis, ils ont hâte d’imposer, une fois de plus, un règlement restrictif sur la communauté juive.



Un commentaire

To read or post comments in English go to "Outremont’s Proposed Ban on “Places of Worship” Reeks with Discrimination"

Veuiller noter: Les commentaires laissés sur les articles correspondent à la langue de l’article, afin que la conversation se fasse de façon fluide.

  1. Alain Vermette
    24 mars 2016

    Comment
    Est-il possible de communiquer en français?

    Commentaires: je ne vois nulle part le nom de l’auteur de l’article. Qui est-ce svp?