Un résident de la rue Hutchison: « Je me sens de plus en plus en harmonie avec mes voisins hassidiques »

Read this post in English "Hutchison Resident: I Feel More and More in Harmony With My Hasidic Neighbours"

La note ci-dessous a été publiée sur la page Facebook des Amis de la rue Hutchison la semaine dernière. Nous sommes heureux de la diffuser, non seulement pour encourager le dialogue constructif et les interactions, mais aussi pour répondre aux critiques gratuites et aux attaques constantes d’un blogueur célèbre, de ses amis et d’une certaine conseillère d’Outremont.

Oui, il existe certaines problématiques, comme le bruit, les enfants, les autobus scolaires, entre autres. Nous vivons dans un environnement urbain densément peuplé et la communauté hassidique est jeune, vibrante et animée. Mais c’est uniquement en apprenant à communiquer directement les uns avec les autres, de façon respectueuse, que les problèmes peuvent être résolus. Il est également intéressant de mentionner, comme certains l’ont fait remarquer, que la présence des juifs hassidiques favorise un environnement fortement orienté sur la famille, ce qui à son tour garantit un quartier sécuritaire et quasiment exempt de crimes en créant un voisinage où les citoyens veillent les uns sur les autres en cas de besoin.

Posté le 14 septembre 2014 par un résident de la rue Hutchison, Christain Aubry sur la page Facebook des Amis de la rue Hutchison (voir l’article reproduit ci-dessous):

“Mauvaise nouvelle, ce matin: le pare-choc arrière de ma voiture a été défoncé par un automobiliste inconnu en face de chez moi, rue Hutchison… Enfin, plus inconnu, maintenant, car ce voisin a eu l’honnêteté et la civilité de laisser un mot d’excuses et son numéro de téléphone sur le pare-brise. Je viens de lui parler. Nous allons régler cela et le dommage sera donc couvert, comme il se devrait toujours dans ces circonstances.

Malheureusement, c’est la troisième fois que ce désagrément m’arrive au cours des 20 dernières années. Les autres fois (sur le Plateau Mont-Royal et à l’Université d’Ottawa), le ou la responsable avait pris la fuite sans assumer sa responsabilité.

Autant dire que la mauvaise nouvelle devient, du coup, une excellente nouvelle. Je me félicite d’avoir choisi de m’installer dans un quartier et sur une rue dont les citoyens possèdent encore des valeurs civiles et morales de qualité. Merci, chers Amis de la rue Hutchison, de contribuer à faire de notre rue une zone de solidarité et de communauté citoyenne digne de ce nom!”

“…Il fallait que je partage, Leila, d’autant que ce voisin fait partie de la communauté hassidique, tant critiquée par certains. Quand je l’ai félicité pour son geste responsable, cela l’a surpris et il m’a spontanément répondu: «But you cannot do unto others what you would not want done to yourself!». Si nous pensions et agissions tous comme lui, nous vivrions dans le plus beau quartier du monde! Un an après mon installation ici, je me sens de plus en plus en harmonie avec mes voisins hassidiques, dont je respecte les coutumes différentes des miennes, et qui ont toujours démontré un grand humanisme à mon égard — et ce malgré mon drôle de prénom!”




5 commentaires (4 commentaires en français, 1 commentaires en anglais)

To read or post comments in English go to "Hutchison Resident: I Feel More and More in Harmony With My Hasidic Neighbours"

Veuiller noter: Les commentaires laissés sur les articles correspondent à la langue de l’article, afin que la conversation se fasse de façon fluide.

  1. Christian Aubry
    24 septembre 2014

    Je, soussigné, “Chrétien” Aubry, persiste et signe. ;-)

    Ami Calmant,

    C.A.

  2. Dan McGown
    5 octobre 2014

    Ce qui aurait été vraiment mieux, c’est que votre voisin vous réponde “spontanément” en français…
    Votre voisin apprécierait-il que vous vous adressiez à lui dans une langue autre que la sienne ? Ce n’est que politesse que d’apprendre quelques mots de la langue majoritaire à Outremont…

    • Aaron Ganz
      5 octobre 2014

      Dan, And what if both individuals here felt more comfortable to communicate in English, are they still “obligated” to speak only in the “holy tongue” of french between themselves? It looks like you totally missed the point here… politeness is a two way street…

    • Christian Aubry
      20 octobre 2014

      Je comprends le sens de votre commentaire, Dan, et je crois sincèrement que, oui, la maîtrise du français serait un atout considérable pour nos voisins hassidiques. Cela fait partie des défis d’intégration posés à cette communauté, dont les membres sont déjà (ne l’oublions pas) souvent trilingues: yiddish, hébreu et anglais. L’un des obstacles probable (est-ce que je me trompe) est qu’en raison des mariages mixtes avec des jeunes femmes issues de communautés américaines, le français a peu de chances d’être parlé à la maison. D’un autre côté, la conseillère d’arrondissement Mindy Pollack, élevée dans une famille non francophone, parle très bien notre langue et démontre que tout est possible.

      Alors oui pour les encourager dans ce sens, mais pas en l’imposant de force, ce qui serait une façon de les exclure encore plus de notre vie sociale “main stream”. Je pense au contraire qu’il faut plutôt multiplier tous les canaux de communication possibles, les accompagner dans la découvertes des avantages que la maîtrise du français leur apporterait.

      Par ailleurs, cela ne cause de tort à personne de pratiquer de temps en temps la langue anglaise avec ses voisins. Pas à moi, en tout cas. L’une des conditions essentielles pour que le temps fasse son travail et que l’on s’achemine peu à peu vers une coexistence paisible et harmonieuse, ce serait que les deux parties cessent de se sentir ostracisés et assiégés. Il faut poser des gestes pour cela, je crois, ici et maintenant.