Qu’en est-il du prochain Nouvel An juif et de la fête de Souccot?

Read this post in English "The upcoming Jewish New Year and Sukkot Holiday – What’s it all about?"

Une soucca dans Outremont

Une soucca dans Outremont

Ce week-end débute la période des Grandes Fêtes. Elle commence avec la nouvelle année juive, Roch Hachana, et culmine avec Yom Kippour.

Roch Hachana (5-6 septembre 2013)

Roch Hachana – littéralement «tête de l’année» – est célébrée durant deux jours et débute  le 1er tichri, soit le premier jour de l’année juive. C’est l’anniversaire de la création d’Adam et Eve, le premier homme et la première femme, et de leurs premières actions pour la réalisation du rôle de l’humanité dans le monde de Dieu.

Ce que nous faisons: Le rituel principal de Roch Hachana est la sonnerie du chofar, la corne de bélier, qui représente le son de la trompette qui retentit lors du couronnement d’un roi (Dieu) par son peuple. Le son du shofar est également un appel au repentir, puisque Roch Hachana est aussi le premier des «Dix jours de pénitence » qui culminent à Yom Kippour, le Jour du Grand Pardon.

Autres rituels observés à Rosh Hashanah:

  • Consommation d’une pomme trempée dans du miel afin de symboliser notre désir pour une année douce, ainsi que d’autres aliments spéciaux symboliques de la bénédiction de la nouvelle année.
  • Tashlich (littéralement «jeter»), une prière spéciale faite à proximité d’un plan d’eau (un océan, une rivière, un étang, etc.), dans lequel  les péchés de l’année précédente sont symboliquement « jetés » en évocation du verset: «Et vous jetterez leurs péchés dans les profondeurs de la mer » (Michée 7:18).

Yom Kippour (14 septembre 2013)

Yom Kippour – littéralement «jour de réconciliation» – est le jour le plus saint et le plus solennel de l’année, mais avec une tonalité joyeuse, car il est empreint de spiritualité et exprime la confiance que Dieu va accepter notre repentir et pardonner nos péchés pour une année de vie, santé et bonheur.

Ce que nous faisons: Durant près de 26 heures – à partir du coucher du soleil le 9 tichri jusqu’à tard le soir du 10 tichri – nous nous abstenons de toute nourriture et de toute boisson, nous ne lavons ni n’embaumons notre corps, nous ne portons pas de chaussures en cuir, et nous abstenons de relations conjugales.

Il est d’usage pour les hommes de s’habiller en vêtements blancs et les femmes portent des couvre-chefs blancs. La couleur blanche est le symbole de la pureté comme dans le verset « nos péchés deviendront blancs comme la neige» (Ésaïe 01:18).

Après le jeûne, nous célébrons avec un repas festif qui fait de la soirée suivant Yom Kippour une fête à part entière.

Souccot (19-27 septembre 2013)

Dans la foulée des Grandes Fêtes, on retrouve Souccot, un festival de huit jours caractérisé par les cabanes extérieures, les souccas. Il est destiné à nous rappeler les logements fragiles dans lesquels vivaient les juifs durant leur voyage à travers le désert, après l’exode d’Égypte. Nous nous souvenons de la bonté de Dieu et réaffirmons notre confiance dans sa providence en habitant dans une soucca, une cabane temporaire dont le toit est simplement recouvert de branchages.

Ce que nous faisons: La soucca (« ​​cabane » en hébreu) ​​est construite avant la fête avec son toit en matériau organique, comme des branches d’arbres feuillus ou de bambou. La coutume est d’orner l’intérieur de la soucca avec des décorations suspendues.

Durant toute la fête, les repas sont pris à l’intérieur de la soucca et certaines personnes y dorment également.

Pour des informations plus approfondies sur les enseignements mystiques hassidiques des grandes fêtes et de Souccot, cliquez ici.

Meilleurs vœux à tous les résidents d’Outremont pour une nouvelle année heureuse et douce, et (selon les salutations juives traditionnelles de nouvelle année) Shana Tova!



2 commentaires (0 commentaires en français, 2 commentaires en anglais)

To read or post comments in English go to "The upcoming Jewish New Year and Sukkot Holiday – What’s it all about?"

Veuiller noter: Les commentaires laissés sur les articles correspondent à la langue de l’article, afin que la conversation se fasse de façon fluide.