La course à pieds vs les processions hassidiques – Deux poids, deux mesures dans Outremont?

Read this post in English "Course à pieds vs Hassidic Processions – Double Standards in Outremont?"

Un panneau sur St-Viateur qui interdit le stationnement 12 heures avant la course et durant celle-ci, le 16 juin

Un panneau sur St-Viateur qui interdit le stationnement 12 heures avant la course et durant celle-ci, le 16 juin

Imaginez ceci: La foulée des parcs fait une demande de permis au conseil d’arrondissement d’Outremont afin de tenir sa course à pieds annuelle dans les rues d’Outremont. Parce que les rues seront fermées et le stationnement interdit, la course va provoquer des perturbations contraignantes pour les résidents. Au conseil d’arrondissement d’Outremont, la demande pour la course est en train d’être débattue.

«Nous avons des règlements qui doivent être respectés par tout le monde», déclare la conseillère Céline Forget.

« Nous ne pouvons pas perturber la vie des milliers de personnes qui ne font pas partie de la course », déclare la mairesse Cinq-Mars.

«Ça suffit ! Nous ne pouvons pas permettre un traitement préférentiel pour des groupes spécifiques. Cela ouvrirait grand les portes pour que tous les autres groupes fassent de telles demandes », explique la conseillère Marie Potvin.

Lors de la séance publique du conseil, trois juifs hassidiques sont en défaveur de cet «accommodement déraisonnable», et appellent cet événement une « nuisance publique ». Comme prévu, le conseil d’arrondissement d’Outremont rejette la requête et refuse un permis à La foulée des parcs.

Un tollé s’ensuit dans les medias: «Les politiciens d’Outremont intolérants face aux événements culturels locaux ». Quant aux citoyens du quartier, ils sont scandalisés de voir que la course a été annulée. « Nous sommes les citoyens d’Outremont », insistent-ils. « Comment se fait-il qu’une poignée de juifs hassidiques puissent dicter nos activités et nous traiter de nuisance publique ? ».

Mesdames et Messieurs, c’est tout simplement un scénario inverse ludique dans l’espoir que vous puissiez être en mesure de vous mettre à notre place. Parfois des événements surviennent et nous donnent l’occasion de voir les choses sous un angle légèrement différent.

La réalité

Remplacez La foulée des parcs par la communauté hassidique, remplacez la course à pieds par une procession hassidique, remplacez la poignée de râleurs hassidiques par les mêmes personnes qui se présentent au conseil d’arrondissement mois après mois pour s’opposer aux juifs hassidiques. Imaginez ce scénario répété mois après mois, année après année, avec pour cible constante de leur indignation les activités de la communauté hassidique. C’est de cette manière que nous vivons l’expérience dans Outremont.

Malheureusement, les citations des politiciens ci-dessus sont bien réelles et ont véritablement été dites lors des réunions du conseil municipal. Pas en ce qui concerne la course à pieds, évidemment, mais en ce qui concerne les événements culturels hassidiques.

En voici quelques exemples récents :

En 2012, un nouveau règlement parfaitement adapté pour réprimer les (rares) processions hassidiques de la Torah a été adopté.

En 2012, les responsables de l’arrondissement ont brusquement décidé d’arrêter les dispositions de stationnement pour les fêtes juives dans les rues principalement hassidiques – des arrangements qui étaient en place depuis plus de 20 ans.

Et pourtant:

- Nos arrangements de stationnement durant les festivités ne perturbent ni n’empêchent le stationnement des résidents; en fait, cela rend même la vie plus facile pour les locaux, puisqu’il y a DAVANTAGE de place de stationnement disponibles pour TOUS les citoyens.

- Nos processions ne requièrent AUCUNE restrictions de stationnement pour les résidents, que ce soit pour 12 heures (comme la course de dimanche l’a fait) ou même pour une heure.

- Nos événements culturels ne nécessite pas que l’argent des contribuables soit dépensé pour les préparatifs : nous n’avons pas besoin de centaines de barricades, d’imprimer des panneaux spéciaux, de soutien municipal, etc.

- Nos processions et les arrangements de stationnement durant les jours fériés ont lieu dans les rues où la majorité des résidents sont hassidiques. Nous n’avons pas besoin que le public nous accommode, car nous sommes le public sur ces rues.

Nous accueillons avec joie les courses, et tous les événements culturels, avec les perturbations qui les accompagnent. Nous vivons tous ensemble dans ce beau quartier, nous respectons le droit de chacun à s’exprimer librement et ouvertement, et nous croyons dans la notion de « vivre et laisser vivre ».

Tout ce que nous demandons, c’est le même respect que celui qui est accordé à nos amis et voisins.



11 commentaires (8 commentaires en français, 3 commentaires en anglais)

To read or post comments in English go to "Course à pieds vs Hassidic Processions – Double Standards in Outremont?"

Veuiller noter: Les commentaires laissés sur les articles correspondent à la langue de l’article, afin que la conversation se fasse de façon fluide.

  1. Daniel McGown
    19 juin 2013

    il y a toutefois une différence majeure entre les deux évènements. La course à pied est un évènement publique et laïque, ouvert à tous. La procession hassidique est un évènement privé et religieux, non accessible aux citoyens ordinaires. Il vous faut reconnaître cela si vous êtes de bonne foi.
    Il vous faudrait plutôt comparer votre procession hassidique avec celle d’une Fête-Dieu Catholique. Ou encore avec une fête de Noël organisée par un groupe de citoyens voulant bloquer toute une rue, monopoliser tout un quartier.
    En passant, votre question de sécurité devrait être en français. Cela serait plus respectueux à l’endroit des québécois que nous sommes tous, vous et moi.

  2. Daniel McGown
    19 juin 2013

    vous ne pouvez pas prétendre qu’une procession hassidique est un évènement culturel: il est religieux. La course à pied, elle, est culturelle. Voilà la différence. C’est cette nuance qui rend le deuxième évènement – la course à pied – acceptable. Une procession religieuse n’est pas une raison suffisante pour permettre un traitement de faveur

    • Aaron Binet
      19 juin 2013

      Daniel,
      Alors vous êtes OK avec descrimination de la culture juive parce que le mot «religion» est impliqué? Avez-vous oublié la Charte des Droits et Libertés?

      Nos procecessions sont ouverts au public, tout comme les courses, je vous invite à assister à la prochaine procession hassidique.
      Aaron Binet

      • Daniel McGown
        20 juin 2013

        Aaron: désolé, je ne savais pas que vos évènements étaient ouverts à tous. Vais-je pouvoir entrer et visiter la synagogue ? Les discours sont-ils tenus en français, langue de la majorité ? J’irai vérifier de moi-même, merci pour l’invitation.
        Nota: La Charte a ses limites, quand même.

        • Aaron Binet
          23 juin 2013

          Daniel: Il n’y a pas de discours pendant les processions juste de la musique, le chant et la danse. Et elle se déroule dans la rue, donc n’importe qui peut particpate.
          Concernant synagogues: vous pouvez entrer un synaogogue tant que vous respectez le décorum, ils sont dans le domaine privé, donc, votre “langue de la majorité” question n’est pas pertinente.
          Re la Charte, oui il a des limites, mais il ne permet certainement pas descrimination contre la race ou la religion.

  3. Nicole Périat
    19 juin 2013

    Excellent article qui explique bien comment doivent se sentir nos voisins et amis hassidiques! Vivre en communauté signifie être tolérants et ouverts d’esprit, et accepter que les événements importants de chacun soient pris en compte, qu’il s’agisse d’une course ou d’une procession: l’importance n’est pas le qualificatif qu’on y met, mais le coeur et le respect.

  4. Nom *
    19 juin 2013

    J’apprécie beaucoup les articles de votre journal et les ponts de réflexion qu’ils créent.
    Ne connaissant pas tout le contexte de l’affaire, il me semble dommage que vous n’ayez pu recevoir votre Grand Rabbin de NY comme par les années passées, dans les rues d’Outremont. Cependant, pour ce qui est de la Foulée des Parcs, je ne comprends pas totalement l’orientation de votre pensée. Votre dernier paragraphe affirme ceci: “Nous accueillons avec joie les courses, et tous les événements culturels, avec les perturbations qui les accompagnent. (…) ” et puis les 6 photos qui suivent ne semblent que contrer cette affirmation. Nous sommes tous Québécois, et nous partageons les coûts du système de santé. La Foulée des Parcs, fait partie d’un élan voulant encourager la population à bouger, à se responsabiliser en famille quant à sa santé, et ainsi, agir personnellement quant aux coûts sociaux liés au domaine de la santé. Cela nous concerne tous. Je vois souvent des femmes de votre communauté qui font ensemble de la marche rapide. J’ai vu une fois un couple hassidique faire de la marche rapide à l’entour d’une piste d’athlétisme du quartier. Nous partagions une complicité d’essoufflés! Lors de la course dimanche, en encourageant mon mari et mes enfants en compagnie de petites filles hassidiques, je leur ai demandé: “Vous courez l’année prochaine?” et, comme elles comprennent bien sûr très bien le français, elles m’ont répondu avec enthousiasme: “Oui!”.

  5. Emmanuelle Rivard
    19 juin 2013

    Je suis désolée du traitement que vous recevez. J’aime bien la communauté hassidique, je trouve la diversité chez les êtres humains superbe. Je ne comprends pas pourquoi les Québécois grimpent dans les rideaux dès qu’une connotation religieuse est impliquée. Je crois que mes compatriotes se sentent insécures car eux-mêmes ont rejeté en bloc le catholiscisme dans les années 60. Se faisant, ils ont jetés le bébé avec l’eau du bain et se retrouvent aujourd’hui avec un vide spirituel qui les rend très nerveux.

    On dénonce la supposée rigidité religieuse, mais on applique avec la même rigidité et aveuglement la laïcité. Quant à moi, voir de l’hypersexualisation partout, je trouve ça bien pire que voir des croyances religieuses. .