Un conseiller d’Outremont attise les flammes contre la communauté juive hassidique

Read this post in English "Outremont Councillor Stokes Fires against Hassidic Jewish Community"

Voyez-vous de la fumée? Cérémonie de la crémation du pain en 2013, sur un terrain privé sur Ducharme, au coin de Champagneur.

Voyez-vous de la fumée? Cérémonie de la crémation du pain en 2013, sur un terrain privé sur Ducharme, au coin de Champagneur.

Chaque année, en préparation de la fête de Pâque, les juifs religieux débarrassent leurs maisons des aliments levés. Les derniers morceaux de pain sont rituellement brûlés dans un geste symbolique de purification. Afin d’éviter de faire des feux non sécuritaires dans les arrière-cours de chacun, les hassidiques d’Outremont se sont organisés pour brûler leur pain collectivement. Généralement, cette cérémonie a lieu de 8h à midi le jour avant la Pâque et cette année, c’était le matin du 25 mars. Quelques milliers de personnes se sont déplacées avec des sacs de papier remplis de pain, traditionnellement une dizaine de petites bouchées.

De 2003 à 2009, la cérémonie s’est déroulée paisiblement dans sur un terrain public vacant à Ducharme et Bloomfield.

Cependant en 2010, la conseillère d’arrondissement Céline Forget a décidé de «superviser» la cérémonie. Elle a fait tout un chahut et a incité les pompiers à éteindre le feu avant la fin de la cérémonie, ce qui a provoqué tout un chaos tel que documenté ici. Sa principale revendication était qu’il est illégal d’utiliser les propriétés publiques à des fins religieuses. C’est pour cette raison, qu’en 2011, la communauté hassidique, en accord avec le service de police et d’incendie, et avec la collaboration de l’arrondissement d’Outremont, a utilisé la propriété sur Champagneur, coin Ducharme. La cérémonie s’est également paisiblement tenue à cet endroit en 2012, sans aucune plainte des voisins.

Cette année, cependant, Mme Forget a décidé une fois encore d’attiser les flammes de l’hostilité contre la communauté juive hassidique – comme elle l’a fait au cours de la dernière décennie. En préparation du 25 mars, Mme Forget a insisté pour que la communauté se déplace sur un site sur l’avenue Atlantic (près de Beaubien) en dépit du fait qu’il s’agit d’une propriété publique, et que c’est « illégal » selon elle. Se pouvait-il qu’elle se prépare pour une nouvelle « confrontation »?

En œuvrant secrètement dans les coulisses afin de faire révoquer le permis à la dernière minute, elle a réussi à mettre en scène une pièce très familière dans laquelle la communauté hassidique fait à nouveau fi des lois et dérange les citoyens d’Outremont.

Après que « plan A » de Forget ait échoué, elle passe au « plan B »

Après que la cérémonie de crémation du pain se soit déroulée pacifiquement cette année sur le terrain privé de Champagneur, Mme Forget a lancé une campagne de désinformation et de diabolisation contre la mairesse Cinq-Mars pour avoir « autorisé » la communauté juive à « bafouer » la loi

En manipulant les faits et en répandant de fausses informations, elle a réussi à inciter une poignée de citoyens à attaquer publiquement l’arrondissement pour avoir « cédé » face à la communauté juive et pour être resté les bras croisés alors qu’une cérémonie juive « illégale » avait lieu.

Plaintes sincères ou exagérations diffamatoires?

 « Un tel feu aurait dû être interdit au nom de la santé publique. Ça n’a aucun sens d’enfumer 140 personnes au nom des accommodements raisonnables », selon un citoyen qui se plaint cité dans L’Express d’Outremont. Un autre citoyen est cité : « les femmes enceintes et les enfants ont été incommodés ». Le Journal d’Outremont n’a pas non plus mâché ses mots en citant un des citoyens plaintifs : « En plus du manque de civisme des organisateurs, ce qui est plus grave est ceux qui ont autorisé cela ».

En publiant ces plaintes, la presse locale a fait un tort énorme à ses lecteurs et à la population d’Outremont. Pas un des « faits » de cet article n’a été vérifié et aucun autre point de vue n’a été sollicité. On peut facilement comprendre comment quelques individus amers, dirigés par une conseillère obnubilée par une seule chose, peuvent détourner un arrondissement entier pour promouvoir leurs préjugés.

Mais en regardant de plus près les « faits » de Mme Forget – tous diffusés publiquement sur son site officiel, répétés par les médias, et cités par son entourage de lobbyistes – ils dévoilent un écran de fumée de mensonges et de désinformation (et si jamais elle décidait de modifier certains d’entre eux, nous avons pris des captures d’écran, que l’on peut voir ici).

Mensonge #1: Forget écrit que le site de l’an dernier « avait été écarté pour tenir compte du nouvel immeuble construit en 2012, en face du terrain vacant, et des plaintes reçues les années précédentes des résidents voisins des lieux ».
La vérité : Il n’y a pas eu de plaintes de voisins en 2011 ou 2012. Pas plus qu’il n’y a de traces d’aucune plainte en 2011 ou 2012.

Mensonge #2: Forget écrit: « Cette décision unanime des élus avait été officialisée par une lettre envoyée aux organisateurs hassidiques le 22 mars, pour confirmer la décision qui avait été communiquée verbalement une semaine plus tôt et que personne ne semblait vouloir respecter. »
La vérité : Il n’y a eu aucune décision communiquée une semaine à l’avance. La lettre mentionne clairement la décision de « ce matin ». Cela avait été uniquement discuté  une semaine auparavant lors d’une rencontre entre les organisateurs hassidiques et le directeur, Monsieur Chapuis, le SIM et le SPVM.

Mensonge #3: Forget écrit: “Nous apprenions que le service des incendies (SIM) avait déjà émis un permis pour les feux sur Champagneur, sans l’autorisation des élus » et « sans jamais nous expliquer qui avait autorisé l’émission de ce permis sans l’accord de l’arrondissement ».
La vérité : Bien que l’arrondissement ait le pouvoir d’annuler les permis, seul le SIM peut délivrer les permis pour les feux, car il s’agit d’une question liée à sécurité et non une question politique. En outre, le permis du SIM indiquait clairement qu’il était conditionnel à l’approbation de la ville.

La cérémonie est-elle un événement « sauvage » ?

La cérémonie de crémation du pain n’est pas un événement “sauvage”, mais avec des paramètres clairs et strictement encadré. Jetons un coup d’œil :

Le SIM (Service d’incendie de Montréal) effectue des tests de l’air et le trouve pur : Durant les 3h30 pendant lesquelles la communauté hassidique a brûlé son pain dans un conteneur sur un terrain privé sur Champagneur, le SIM a mené plusieurs tests sur le site et dans les bâtiments environnants. Tous les résultats ont clairement démontré qu’il n’y avait aucune trace décelable de CO2. La mairesse a mentionné ce fait, mais cela a été commodément ignoré par Mme Forget et les médias.

Supervision: Durant toute l’activité, deux inspecteurs de la Direction de l’environnement et du développement durable de Montréal se tenaient à côté du feu et surveillaient que nul plastique ne soit jeté dans les flammes. Cette même supervision avait également été fournie en 2011 et 2012.

Peu de fumée ou pas de fumée du tout: Outre les images retravaillées dans Photoshop par Pierre Lacerte et affichées sur son blog (voir plus loin), aucune autre photographie prise durant l’événement montre de la fumée importante autour du feu ou près des bâtiments. Voir les photos ci-dessous.

Aucune plainte en 2011 et 2012 : Un des éléments les plus importants qui devrait être examiné est le fait que la cérémonie s’est déroulée paisiblement exactement au même endroit depuis 2011 sans aucune plainte enregistrée au sujet de la fumée. Bien que l’argument de cette année soit que les résidents du nouveau bâtiment du 950 Champagneur pouvaient être affectés par le feu, ce bâtiment est plus loin de la crémation que le bâtiment du 1250 Ducharme, site de la cérémonie avant 2010. Non sans mentionner une rangée entière de condos qui donnaient face au site de crémation à l’ancien emplacement, et pourtant personne ne s’est plaint.

Une vue aérienne de l’emplacement sur Ducharme avant 2011

Une vue aérienne de l’emplacement sur Ducharme avant 2011

La cérémonie en 2011 qui montre les bâtiments résidentiels existants

La cérémonie en 2011 qui montre les bâtiments résidentiels existants

Les fonctionnaires de l’arrondissement confirment publiquement qu’il n’y a aucun problème juridique : Lors de la séance du conseil du 4 mars, la question de la cérémonie de la crémation du pain a été soulevée par un résident du 950 Champagneur. Elle se plaignait qu’il y avait eu beaucoup de fumée l’année passée et que la ville devrait reconsidérer l’endroit pour cette année. La mairesse Cinq-Mars a répondu que parce que c’est situé sur un terrain privé, c’est tout à fait légal et que cela a été approuvé par le service d’incendie.

C’est à ce moment que Mme Forget a renchéri en disant que puisqu’il y avait eu des plaintes en 2012 (alors qu’elles sont inexistantes, voir ci-dessus), elle a suggéré l’emplacement sur Atlantic. Le directeur de l’arrondissement, M. Chapuis, a dit qu’il allait se pencher sur sa suggestion, mais qu’un feu dans un conteneur satisfait pleinement à tous les règlements.

Mais nous devons nous demander pourquoi cette résidente du 950 Champagneur a attendu une année entière avant de se plaindre de la fumée ? Comment cette citoyenne savait-elle que la cérémonie aurait lieu 3 semaines plus tard (surtout si on considère le calendrier juif qui n’est pas lié au calendrier ordinaire) ? Au moment de la réunion du conseil, il n’y avait encore eu aucune publicité ou annonce publique, même au sein de la communauté hassidique en ce qui a trait à l’événement. Où – ou de qui – cette citoyenne tenait-elle son information ?

Permis révoqué un jour avant l’événement: Le permis initial pour la crémation du pain a été accordé par le SIM et la police pour le site sur Champagneur coin Ducharme quatre mois avant l’événement. Et même si Pierre Lacerte et Céline Forget ont depuis brandi une lettre envoyée aux organisateurs qui « prouve » que le permis avait été révoqué, leur petit secret est que Forget était à l’origine de ce changement.

Même si les plans pour le site Champagneur étaient en place depuis des mois, le conseil d’arrondissement d’Outremont, à la suite de la campagne de pression et d’intimidation de Forget, a annulé le permis une semaine avant l’événement. Curieusement, l’arrondissement n’a pas nettoyé le site Atlantic de sa neige, le laissant totalement inaccessible. Est-ce que le site Champagneur avait été déneigé, lui? Absolument.

Pas de fumée sans feu

Mais allons au coeur de la soi-disant plainte: la fumée. Forget elle-même écrit : « J’étais dans un condo sur Ducharme face au feu. J’avais les yeux brulants et la gorge irritée. La résidente avait une toux persistante. On m’a dit qu’une femme enceinte a préféré quitter son logement plutôt que de mettre la santé de son bébé en danger ».

Il est évident pour de nombreuses raisons que ce problème de fumée est une pure invention:

Fumée de revêtement de toiture. Devrait-on l’interdire?

Fumée de revêtement de toiture. Devrait-on l’interdire?

  1. Ceux qui étaient là (à part Forget et ses lobbyistes) peuvent vous dire qu’il y avait une quantité négligeable de fumée. Plus de 3000 adultes et enfants ont assisté à la cérémonie de combustion (comme on le voit sur les photos). J’ai demandé autour de moi et personne n’a eu les « yeux brûlants ou la gorge irritée ».
  2. Aucun plastique n’a été brûlé. La communauté hassidique a répondu à la demande de l’arrondissement afin de s’assurer qu’aucun plastique ne serait jeté au feu. Afin d’en être doublement certain, il y avait une station de conversion plastique-papier placée à l’entrée, et des bénévoles s’assuraient que personne n’apportait du plastique.
  3. La fumée vue sur toutes les photos (hormis les images retouchées de Lacerte) est très faible, pas plus que celle émise par un camion de revêtement de toiture, qui libère de la vraie fumée de carbone nocive – ce qui est toléré par tous les citoyens durant tout l’été.
  4. Des représentants de la police et de la sécurité de l’arrondissement et du département de l’environnement de la ville étaient sur place. Aucune préoccupation n’a été mentionnée, aucun avertissement émis.
  5. Le SIM a constamment prélevé des échantillons d’air tant dans les bâtiments qu’à l’extérieur, sur le site : ils étaient tous purs. La mairesse a mentionné ce fait lors de la seconde séance d’arrondissement du mois d’avril et pourtant tous les médias ont sciemment ignoré ce fait.

Photoshop: un outil populaire pour les propagandistes

Sur son blog, après les événements du 27 mars, Pierre Lacerte a affiché des photographies qu’il a copiées illégalement du site bill613.com. Ces photos ont été prises à Boisbriand et montrent une épaisse fumée provenant d’une cérémonie de crémation. Plus d’une semaine plus tard, il a publié des images d’Outremont. Mais si ces images étaient si bonnes dans leur état original, pourquoi ne les a-t-il pas insérées dans son premier article? Peut-être qu’il lui a fallu un peu de temps pour « retoucher » les photos. Même Mme Forget a été incapable d’obtenir d’aussi bonnes images de la fumée. Les images qu’elle a publiées sur son blog ne montrent pratiquement aucune trace de fumée. J’ai aussi pris une photo et on n’y voit absolument aucune fumée.

En conclusion : Cette campagne de désinformation et de harcèlement mesquin par Céline Forget, une fonctionnaire salariée payée par nos impôts, et son entourage de facilitateurs, comme Pierre Lacerte, a assez duré. Bien que la lutte contre ces assauts prenne beaucoup de temps et d’efforts, nous sommes déterminés à poursuivre. Nous ne sommes pas une communauté illégale, nous ne faisons pas fi des lois, nous ne sommes pas des lobbyistes.
Nous sommes vos voisins!



3 commentaires (0 commentaires en français, 3 commentaires en anglais)

To read or post comments in English go to "Outremont Councillor Stokes Fires against Hassidic Jewish Community"

Veuiller noter: Les commentaires laissés sur les articles correspondent à la langue de l’article, afin que la conversation se fasse de façon fluide.